• Il fait trop chaud pour s’entraîner….

    Par Thomas Zavrosa, le 26 février 2014
  • De retour de vacances passées dans le sud de la France, j’ai été frappé par le nombre de personnes courant en plein soleil. Je suis toujours étonné de voir des gens pratiquer une activité lorsque les températures ne sont pas tenables, même allongés dans un hamac.

    J’ai donc voulu écrire cet article pour essayer de donner des informations pratiques et utiles aux sportifs pendant cette période de forte chaleur.

    Commençons par le commencement : Y a-t-il un intérêt particulier à courir lorsqu’il fait très chaud ?

    En fait il n’y en a aucun. J’ai déjà entendu dire ici ou là « mais si quand je cours en plein cagnard, je sens que mon corps travaille encore plus dur ». Ou encore « courir par 35°, c’est génial car ça brûle encore plus de graisse que d’habitude ». Laissez-moi donc vous dire que courir par forte chaleur ne présente pas d’intérêt, que cela soit pour l’amélioration de la performance ou pour la perte de poids.

    Car si votre corps travaille plus lorsqu’il fait chaud, c’est surtout pour essayer de garder votre température aux alentours de 37°.

    De plus, la sensation de « brûler » plus de calories est surtout liée au fait que l’on transpire beaucoup dans ces conditions. Or la transpiration ne vous fera perdre que de l’eau et des sels minéraux mais pas de gras…désolé.

    Le seul cas de figure qui peut, selon moi, légitimer un entraînement lors de températures excessives, est la préparation à une épreuve particulière type « marathon des sables », lors de laquelle vous serez confronté à ce type de conditions extrêmes.

    En revanche, si les avantages sont très limités (voire nuls), courir lorsqu’il fait très chaud comporte des risques importants pour votre santé.

    Le 1er étant la déshydratation :

    Cela signifie tout simplement que votre corps a perdu beaucoup trop d’eau (via la transpiration). L’être humain étant composé à 80% d’eau, la déshydratation aura pour conséquence de dérégler les fonctionnements de certains organes (rein…) et de mécanisme physiologiques essentiels.  La déshydratation est également un facteur de blessure (tendinite)

    De plus, sachez que la perte de 1% de son poids en eau équivaut à une perte de capacité physique de 10%. Conséquence plutôt néfaste pour la performance non ?

    D’autres symptômes peuvent également apparaître :

    Fièvre élevée (39-40°), crampes, céphalées, vomissements, transpiration pouvant être nulle ou bien excessive, vertiges.

    Ils traduisent ce que l’on appelle un coup de chaleur. Il s’agit d’une défaillance du système naturel de thermorégulation qui permet normalement à notre organisme de contrôler sa température interne. Cette défaillance peut être causée par une température extérieure excessive, mais également par une atmosphère trop humide, empêchant la transpiration de s’évaporer et donc de refroidir le corps.

    Ces symptômes ne sont pas à prendre à la légère car le coup de chaleur, dans sa forme la plus violente, peut avoir des risques mortels.

    Afin d’éviter tous ces désagréments, certaines bonnes pratiques peuvent être mises en place.

    La  1ère : éviter de faire du sport aux heures les plus chaudes de la journée. Cela paraît évident, mais ça valait la peine d’être mentionné.

    Autres conseils pratiques :

    -       Bien s’hydrater avant, pendant et après l’effort. N’attendez pas d’avoir soif pour boire, car cette sensation traduit déjà un état de déshydratation.

    -       Privilégier la prise d’eau en petite quantité mais de manière régulière (150ml tous les ¼ d’heure si possible). Vous pouvez également ajouter une pincée de sel dans votre boisson de récupération. Cela aidera votre organisme à retenir l’eau que vous ingérez.

    -       Evitez les boissons trop froides, la température idéale se trouvant entre 13 et 15°

    -       Favoriser les vêtements amples et légers, ainsi qu’une casquette pour éviter les coups de soleil

    -       Essayer de pratiquer dans un endroit ou sur un parcours à l’ombre et aéré

    -       Diminuer l’intensité et la durée de vos séances

    Et surtout, arrêtez immédiatement votre activité si vous ressentez des symptômes pouvant être liés au coup de chaleur.

    J’espère que cet article vous aidera dans votre pratique estivale, et que vous pourrez continuer à vous entraîner malgré les chaleurs actuelles (en toute sécurité bien sûr).

    N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires sur cet article sur le groupe Facebook TZ Coaching.

    A bientôt

    Thomas, votre coach sportif